Les yeux collés

Installation at « Le Mur Rouge », Sceaux from 21.10.22 to 19.11.22
Link

Les yeux collés
Wood, PVC, aluminium / 250x200x200cm / 2022

FR

Les prémices de cette exposition sont apparues en ramassant une centaine de coquilles d’escargot marin sur les bords de l’Adriatique. J’ai succombé à cette envie obsessionnelle tout un après-midi, me concentrant uniquement sur les détails des coquilles. Je ne voulais prendre que les pleines, celles avec des pois, j’étais absorbé par cette petite spirale que je pouvais tenir dans ma main. Le concept de l’exposition s’est développé à partir de cette forme. Je voulais décliner les rapports d’échelles avec cette coquille d’escargot : pouvoir rentrer dedans, voir son épure (dessin) et pouvoir sentir le fragile habitacle dans ses mains.
Les bâtons illustrent une réflexion sur la perception de nos sens, en particulier la vision. Elle peut nous induire en erreur sur nos raisonnements car elle m’a déjà trompé par le passé. L’exposition interroge la perception d’image sur notre rétine ainsi que notre utilisation de la vue à travers un espace. Aujourd’hui, l’œil est de plus en plus stimulé par le rétroéclairage de nos écrans. Il devient nécessaire pour un univers de plus : le virtuel.
L’exposition prend la forme d’une grande installation dans la vitrine de l’hôtel de ville. Une micro-architecture transparente en forme de spirale (construite en bois et en revêtement de PVC vert translucide) et de découvrir à la fin de cette spirale deux objets en fonte d’aluminium.
Face à cette architecture se trouvera un miroir rond, où seront placées les coquilles d’escargot en spirale. Elles illustreront un certain plan de l’architecture. Une carte pour sortir de ce labyrinthe à un seul chemin. Le miroir sera éclairé, sa réflexion se projettera en hauteur sur le mur rouge. Le visiteur “perdu” dans l’architecture aura toujours le plan à portée de vue.
Cette spirale dessinée sur le sol rappelle les conceptions paysagères des jardins “à la française”, consistant à ordonner à la nature des formes géométriques. Le sol offre au regard la scène de la domination de la volonté humaine sur le monde. La spirale logarithmique, la spirale des coquillages, fut souvent utilisée par l’homme, notamment dans les constructions architecturales telles que les jardins, paysages, allées de châteaux ou bretelles d’autoroute dans lesquels la forme confère à l’édifice une dimension d’infini.
Ce titre «les yeux collés» fait référence aux phases d’endormisse- ment et de réveil de chaque individu ; l’instant de fermeture ou d’ouverture des yeux durant le jour, la nuit. Les clingnements de paupières plus long que les autres qui influe sur notre perception de réel.
L’architecture sera comme un labyrinthe, simplifié, avec un seul chemin, celui vers le microscopique. Elle se “termine” avec un objet qui est caché à l’intérieur, là où les murs seront de plus en plus serrés. Les deux objets sont des bâtons de cécité. Sur ces bâtons, les coquilles d’escargot sont moulées pour les percevoir également avec ses mains. Ce sont des outils pour explorer le monde.

Les yeux collés, bâton de cécité
Aluminium / 150x5cm / 2022

Les yeux collés, Narcisse endormi
Mirror, motor, snails shell / 80x30cm / 2022

EN

The beginnings of this exhibition came about while collecting a hundred sea snail shells on the shores of the Adriatic. I succumbed to this obsessive urge for an entire afternoon, concentrating solely on the details of the shells. I only wanted to take the full ones, the ones with dots, I was absorbed by this little spiral that I could hold in my hand. The concept of the exhibition developed from this shape. I wanted to explore the relationships of scale with this snail shell: to be able to get inside, to see its outline (drawing) and to be able to feel the fragile interior in my hands.
The sticks illustrate a reflection on the perception of our senses, in particular vision. It can mislead us in our reasoning because it has misled me in the past. The exhibition questions the perception of images on our retina as well as our use of sight through a space. Today, the eye is increasingly stimulated by the backlighting of our screens. It becomes necessary for one more universe: the virtual.
The exhibition takes the form of a large installation in the window of the town hall. A transparent micro-architecture in the shape of a spiral (made of wood and translucent green PVC covering) and at the end of this spiral, two objects made of cast aluminium will be discovered.
In front of this architecture will be a round mirror, where the spiral snail shells will be placed. They will illustrate a certain plan of the architecture. A map to get out of this one-way labyrinth. The mirror will be illuminated, its reflection will be projected high on the red wall. The visitor « lost » in the architecture will always have the map in sight.
This spiral on the ground is reminiscent of the landscape design of the French gardens, which consisted of ordering geometric forms in nature. The ground offers the viewer the scene of the domination of the human will over the world. The logarithmic spiral, the spiral of the shells, was often used by man, especially in architectural constructions such as gardens, landscapes, castle alleys or motorway ramps, in which the shape gives the building a dimension of infinity.
The title « les yeux collés » refers to the phases of falling asleep and waking up of each individual; the moment of closing or opening the eyes during the day, the night. The blinking of the eyelids longer than the others which influences our perception of reality.
The architecture will be like a labyrinth, simplified, with only one path, that towards the microscopic. It « ends » with an object that is hidden inside, where the walls will be tighter and tighter. Both objects are blindness sticks. On these sticks, snail shells are moulded to perceive them also with one’s hands. They are tools for exploring the world.

Les yeux collés, Le siècle rétinien
Aluminium / 2x (80x30cm) / 2022

Les yeux collés, Doux Sirocco
Impression sur papier encadré, édition de 6/ 50x40cm / 2022